PRESSE

ARTICLE PRESSE LIBRE JEAN CANAL

http://presselibre.fr/2017/02/25/critique-de-lart/

 

On retrouve dans cette peinture la partie abstraite qui se dissimule dans des couleurs colorées à l’envie, obéissant à une volonté d’en finir avec des instants émotionnels. Les dimensions des toiles réalisées, d’ailleurs, attestent de l’intention de l’artiste d’aller au-delà du périmètre circonscrit par le cadre du tableau, et cela en suggérant le fond de son expression picturale laissée au jugement de l’amateur averti en cet art. En effet, pour celui qui s’accordera un laps de temps suffisamment délimité, il y découvrira toutes les phases successives des tendances reproduites au fil des humeurs inconstantes de l’artiste elle-même, sujette comme tous à des réactions répondant à des périodes sociales entrechoquées. C’est d’ailleurs frappant. Aucun tableau ne se ressemble ; et pourtant, on reconnaît en chacun d’eux un lien de similitude qui, à l’instar du fil d’Ariane, conduit dans la disgrâce jusqu’à Émilie. Dire que l’artiste épouse la configuration de sa propre peinture ne fait que révéler la personnalité de cette jeune femme qui exige de son art des réponses promptes à sa vie !

Attribuer cette forme de peinture à l’Art contemporain pur, celui qui est défini par les exégètes de ce mouvement, serait commettre une surenchère sur la valeur de l’œuvre qui s’inscrit dans un particularisme tout à fait individuel, sans forcément suivre un courant de créativité formaliste, déjà reconnu par ses pairs. D’autant plus que Émilie Van Herreweghe n’a vraiment rien à envier aux autres, si ce n’est que, dans le cadre de cette deuxième manifestation de art3f, intitulée sous la référence historique de l’Art contemporain, son talent se reconnaît par lui-même.

 

Jean Canal. 25 février 2017.

Photographie Jean Canal
http://www.jeancanalphotographies.fr
http://avignonreportages.jimdo.com

ARTICLE MAGAZINE CARRE BARRE   Julie Lefèvre juin 2017

Exposition à ciel ouvert

C'est au Salon de la rando, à Éguzon, où Veuil tenait son stand commercial, que l'artiste peintre, Mi Van Herreweghe, interpellé par l'affiche « Avis de recherche artiste » a fait sa première touche avec Veuil. Les œuvres de l'artiste étant d'une telle originalité, les responsables de l'association de Veuil Art Grandeur Nature ont tout de suite adhéré. Mi Van Herreweghe n'ayant jamais, jusqu'à présent, installé d'exposition à ciel ouvert, le concept de l'association fut un véritable défi. C'est fin avril qu'elle décida de dire oui à Veuil et qu'une dizaine d'œuvres sont créés pour habiter les rues du village labellisé « 4 Fleurs ».

Entre-temps, les œuvres créées font des convoitises à New York, rien que cela ! Et l'une des œuvres, destinée à Veuil, s'envole vers les États-Unis. Elle est remplacée. C'est au pignon de la mairie de Veuil que l'on peut l'admirer, jusqu'au 17 septembre.
Deux autres artistes sont à découvrir : Jacques Cancre, sculpteur, et Yves de Smet, peintre.

L'exposition étant un musée à ciel ouvert, l'accès est libre. En revanche, l'exposition dans l'église est accessible du mardi au vendredi, de 9 h à 19 h 30 ; les samedis, dimanches, lundis et jours fériés, de 14 h 30 à 19 h 30. Prochain rendez-vous, mercredi 2 août : soirée aux chandelles.